Parce que l'art éclaire nos vies.

Divers

Liliane est au Lycée – Est-il indispensable d’être cultivé?

Après s’être intéressé à la détérioration de la mission première des universités dans une logique marchande, quoi de mieux que de s’intéresser à la culture en général.

Les Français sont un peuple qui semblent vénérer la culture générale, ce qui ne semble pas être vraiment le cas dans les pays anglo-saxons. En fait, l’expression «Culture générale» n’existe pas en anglais. Mais pourquoi est-ce que ce peuple cherche tant à être cultivé?

Dans ce livre, Normand Baillargeon, l’auteur explique les problématiques qui entourent la culture générale telle qu’on la connait. Il exprime le fait qu’elle est sexiste, classiste, raciste, occidentalocentriste et ethnocentriste. Il exprime aussi le fait que certains éléments nécessaires à une bonne culture sont souvent peu valorisé par la société. Prenons comme exemple les mathématiques. Eh oui, les humains d’aujourd’hui souffrent pour la plupart d’innumérisme. L’innumérisme, c’est comme l’analphabétisme mais avec les chiffres. Les jeunes d’aujourd’hui ont peur des mathémathiques et il est même très bien vu de ne pas aimer les mathématiques. Pour l’auteur du livre, cela est un énorme problème.

Par contre, même la culture générale d’aujourd’hui n’est pas parfaite, il faut quand même continuer de l’enseigner. Naturellement, il faut que cette culture générale soit enseignée dans les écoles. Mais il y a aussi un autre lieu qui devrait servir à l’acquisition de la culture générale pour les gens: les médias. Malheureusement, les médias sont de moins en moins cultivés principalement à cause du fait que chaque média appartient quasiment aux même groupe médiatique. Cela fait en sorte que les informations seront souvent pareil dans les médias appartenant au même groupe de presse.

Et finalement, Normand Baillargeon exprime le fait que la culture générale rendra probablement les gens meilleurs.

texte écrit le 13 janvier 2012

Publicités

Université Inc. – Des mythes sur la hausse des frais de scolarité et l’économie du savoir

J’étais un lecteur. J’ai arrêté de lire. J’ai décidé de recommencer à lire.

Je ne sais pas quel fût le déclic mais ce que je sais, c’est que, lorsque je suis revenu dans la maison familiale à Montréal pour les vacances de Noël, ma mère m’a présenté le livre «Université Inc. – Des mythes sur la hausse des frais de scolarité et l’économie du savoir» d’Éric Martin et Maxime Ouellet. J’avais entendu parler de ce livre depuis quelques temps. Il faut dire que je milite dans le mouvement étudiant depuis environ 3 ans. J’ai donc jugé qu’il serait intéressant que je lise ce livre question de mieux comprendre quel sont les arguments contre la hausse des frais de scolarité que les auteur avancent. Dans mon cercle d’ami, j’ai des amis qui sont farouchement opposés à toute hausse des frais de scolarité. Certains sont même pour la gratuité scolaire. Je fait d’ailleurs parti de ces gens. J’ai aussi des amis qui sont opposé à la hausse des frais de scolarité de 325$ sur 5 ans que le gouvernement Charest a prévu à partir de 2012. Ces gens-là trouvent que cette hausse est beaucoup trop élevé mais ils considèrent que les étudiants devraient faire plus leur part pour le financement des universités. Certains sont totalement pour la hausse des frais de scolarité telle que prévue dans le dernier budget Bachand. Bien sûr, je ne pense pas que ces derniers vont changer d’opinions. Peut importe ce qui va arriver, ils vont probablement continuer à croire que les étudiants devraient payer plus pour aller à l’université. Ce livre ne s’adresse donc pas à eux, mais il s’adresse à ceux qui considèrent qu’une hausse des frais de scolarité mineure permettant aux étudiants québécois de faire leur juste part serait une bonne chose. En fait, en plus de s’adresser à eux, il pourrait même leur faire changer d’avis.

Comment est-ce que ce livre peut leur faire changer d’avis. En gros, ce livre présente 8 mythes concernant la hausse des frais de scolarité et l’économie du savoir. Voici ces mythes.

  1. «Il faut augmenter les frais de scolarité parce que les universités sont sous-financées.»

Il est important de préciser que les universités ne sont pas sous-financés, c’est juste que l’argent disponible va dans des postes budgétaires qui ne sont pas utile à la mission première de l’université, à savoir la transmission du savoir. En gros, au lieu d’aller dans l’enseignement, l’argent va dans l’immobilier, la gestion, la recherche et la protection de la propriété intellectuelle des universités.

2. «La hausse des droits de scolarités ne réduit pas l’accès à l’université»

Malheureusement, lorsqu’on augmente les frais de scolarité, les étudiants se font moins nombreux sur les bancs d’écoles

3.«La hausse des frais de scolarité sera compensée par une augmentation de l’aide financière aux études et indexera ces frais à la valeur qu’ils avaient en 1968.»

Malheureusement, le système d’aide financière aux études est déjà déficient puisque plusieurs personnes qui en aurait grandement besoin n’y ont pas accès. Ces gens ne pourront donc pas se permettre d’aller à l’université. Déjà qu’ils ont de la misère à y aller maintenant, je vois mal comment ils pourraient se le permettre avec une hausse de 1625$. Et pourquoi 1968. Tout simplement parce que c’est la dernière année avant l’implantation d’un système d’université publique et donc accessible à tous.

4. «La modulation des frais de scolarité par discipline est plus équitable»

Certains tenants de la hausse des frais de scolarité proposent que le prix des études ne soit pas les même en fonction de la discipline d’études. Cela n’est pas une bonne chose. Admettons que je viens d’une famille pauvre, que je veut aller étudier en médecine et que ce programme est rendu beaucoup plus cher que le programme d’art. Je n’aurai pas l’argent pour aller étudier en médecine. Je ne pourrais donc pas étudier dans le domaine dans lequel je veut étudier.

5. «Il est juste d’augmenter les frais de scolarité parce qu’en investissant davantage dans leur « capital humain », les étudiants vont obtenir un meilleur salaire une fois sur le marché du travail.»

Bien sûr que si vous allez à l’université, vous allez gagner plus d’argent mais il reste que, selon une étude du gouvernement du Québec, entre 2009 et 2010, le taux horaire moyen des diplômés universitaire a chuté de 0,2%. En comparaison, les gens avec seulement un diplôme d’études secondaires complétés ont vu leur taux horaire augmenter de 2,3%.

6. «Le bas prix des études universitaires diminue la valeur des diplômes.»

En quoi est-ce que de payer plus pour aller à l’université va me permettre d’avoir une meilleure éducation. Si je tient à avoir une bonne éducation, j’irais étudier dans les pays scandinaves. C’est considéré comme un des meilleurs systèmes d’éducation au monde. Pourtant, l’éducation y est gratuite.

7. «Les dons privés ne menacent pas l’université.»

Lorsqu’une entreprises privée donne de l’argent à quelqu’un, généralement, c’est qu’elle veut quelque chose en retour. En quoi serait-ce différent lorsqu’une entreprise privée donne de l’argent à une université? Ce qui se passe, c’est que, la recherche et le développement coûte extrêmement cher pour les entreprises. Ils donnent donc de l’argent aux universités pour qu’ils fassent de la recherche et du développement à leur place. C’est donc le public qui paye tandis que l’entreprise empoche les profits.

8. «La commercialisation de la recherche universitaire va servir à financer le système universitaire.»

Ce financement découlant de la commercialisation n’aura pas lieu, principalement parce que l’argent gagné grâce à ces recherches sera réinvesti dans la protection des résultats des recherches et non dans l’enseignement.

Voilà en gros ce qu’Éric Martin et Maxime Ouellet avaient à dire concernant ce sujet. J’ai tenté d’expliquer du mieux possible ce qui était inscrit dans le livre. Si vous tenez véritablement à bien comprendre ce sujet, je vous invite à acheter le livre, qui est édité par la maison d’édition Lux Éditeur.

Rappelons aussi que le livre se termine par 4 courts textes de plusieurs personnalités publiques. Ces personnalités sont Guy Rocher, Lise Payette, Omar Aktouf et Victor Lévy-Beaulieu.

Texte écrit le 24 décembre 2011


Retour sur le blogue et changement de vocation

Bonjour!

Comme vous l’avez probablement remarqué, depuis quelques temps, je suis moins présent sur ce blogue. Cela a mené à une diminution de l’achalandage. Cette diminution de la publication sur ce blogue était principalement dû au fait que j’avais moins le goût de poster mes photos sur le site vu le nombre de temps que ça me prenait pour les poster. J’ai donc décidé de changer la vocation du site web afin de le faire perdurer.

Lorsque le site a été conçu, le projet était de diffuser de l’art visuel sur internet ainsi que de créer de l’art en groupe qui serait diffusable sur le net. Malheureusement, le projet n’a jamais vraiment levé. Disons que ça s’est avéré à être presque exclusivement le blogue de l’instigateur principal du projet, Philémon Beaulieu (c’est à dire moi). J’ai donc décidé après réflexion de ne plus juste diffuser des photos sur le blogue mais d’écrire aussi des textes sur certains sujets.

Pour finir en beauté ce post, je vais mettre des photos tirés de mes pérégrinations automnales saguenéenne!

Photo & Video Sharing by SmugMug


Camera Luminosa dépasse la barre des 200 articles

Eh oui, après 9 mois de présence web, Camera Luminosa vient de dépasser la barre des 200 articles sur le web. Naturellement, nous ne nous arrêterons pas là puisque nous serons toujours présent un peu partout à Montréal et à Saguenay pour vous présenter des photos, des vidéos et de l’art visuel.

 

À la prochaine sur Camera Luminosa.


Nouveau site perso d’un collaborateur

Bonjour tout le monde ! Aujourd’hui je veux vous parler de mon site perso que je viens d’ouvrir à l’adresse suivante :

www.mattereal.com

Pour tous les gens intéressés par le graphisme, le Matte painting, la 3D et autre, je vous invite à venir visiter le site. J’ai commencé à poster des tutoriels, et d’autres viendront. Beaucoup de ressources (textures, fichiers .PSD) sont aussi à venir.

Donc pour tous les gens qui consultent la catégorie graphisme de CameraLuminosa et qui aimeraient apprendre comment faire la même chose, vous connaissez le chemin !