Parce que l'art éclaire nos vies.

Raphaële Gosselin Payment

Devant les devantures françaises

Quelques jours en France et ce n’est pas la Tour Eiffel que je vous propose d’admirer, ni les paysages méditerranéens à couper le souffle, mais des devantures de maisons et de bâtiments qui m’ont charmés.

Bon Voyage !


Du Mexique au Pérou : Les plages

La suite des choses, pour un voyage dont l’itinéraire fait une pause au Costa Rica, c’est bien sur les plages !

Des plages, on en a pour tous les goûts, mais le temps manquent pour toutes les voir. J’ai donc quelques bonnes adresses où prendre le temps de vivre.

Montezuma, Costa Rica

Cabo Blanco, Costa Rica

Curu, Costa Rica

Islas Tolinguas, Costa Rica

Playa Guiones, Costa Rica

Playa Ostional, Costa Rica

Manuel Antonio, Costa Rica


Du Mexique au Pérou : Les volcans

Dans un deuxième volet de mon voyage, il y a la nature, et particulièrement celle du Costa Rica. Alors pour commencer, voici les volcans que j’ai croisé sur ma route. Quelque chose d’assez impressionnant pour une Québécoise et davantage lorsqu’on sait que certains sont toujours actifs.

Sur un toit, à Antigua, au Guatemala, j’ai vu mon premier couché de soleil sur un volcan.

Sur la route au Guatemala, vers la Lac Atitlan, une vue superbe.

De San Pedro de la Laguna, au Guatemala, le levée de soleil de tout les temps.

Le bus fonçant à travers le Nicaragua, nous laisse apercevoir cette vue : un volcan au centre d’un lac.

Le volcan Irazu au Costa Rica, dont le cratère émerveille.

Et du haut du Irazu, on aperçoit un autre volcan qui semble fumer à travers les nuages.

Ce n’est pas tous les jours au Costa Rica qu’on peut apercevoir les volcans,  car la température pluvieuse couvre souvent les hauteur de brumes qui rendent impossible toutes vues. Mais


Du Mexique au Pérou : 5 sites préhispaniques saisissant

La première thématique de mon périple dans le sud était l’Histoire et ce n’est pas les sites historiques qui manquent. Voici donc 5 sites pré-hispaniques qui valent le détour.

Au Mexique, près de Mexico il y a Teotihuacan. C’est un lieu sacré Aztèque où se trouve la troisieme plus grande pyramide du monde, la Pyramide du soleil.

En fait, c’est une toute petite ville, environ 10% de ce qu’elle était autrefois.

Toujours au Mexique, mais plus au Sud, à côté de Oaxaca, se trouve Monte Alban, un site remarquable et profondément apaisant.

Encore au Mexique, dans la zone tropicale se situe à Palenque, un site inoubliable. Débordant de la forêt, les vestiges millénaires sont envoutant.

Au Guatemala, toujours dans la forêt tropicale, on rencontre Tikal, el mundo perdido.

Enfin, au Pérou, dans les montagnes se trouve…

Wari ! un site pré-Inca très intéressant pour les croyances s’y associant.

Pour le Machu Picchu, il faudra attendre un autre voyage. D’ici là, mon prochain blog sur le Costa Rica apparaitra bientôt.


Du Mexique au Pérou

Cette année,  je suis allée vagabonder quelques mois dans le sud du continent américain. Partie en bus de Montréal, je suis arrivée à Mexico trois jours plus tard. De là, tout un périple a commencé me menant par les jungles, déserts et montagnes, à la rencontre  de voyageurs, d’autochtones et au final d’amis qui ont partagé pour un instant leur vie. Trois thématiques centrales à ce voyage : l’histoire, la nature et les gens. Débutons par la présentation des pays que j’ai visité.

Le Canada…point de départ.

L’autobus passe les douanes américaines et descend par le centre des États-Unis durant près de 2 jours, avec des paysages plus désolant les uns que les autres.

Enfin la chaleur et les paysages magnifiques du Mexique. J’arrive à Mexico et voyage lentement vers le sud.

Après un mois au Mexique je passe du côté du Guatemala. Un croche par Tikal, puis direction le Lac Atitlan pour deux semaines.

Un jour et demi de bus plus loin, j’atteins le Costa Rica, luxuriant et reposant.

Un mois plus tard, je prend un billet d’avion pour Lima au Pérou. Et de Lima, j’embarque dans un bus vers les montagnes durant 12h.

Mon périple à pris fin au Pérou, après un mois dans les montagnes. Au total, j’aurai passé 4 mois dans le sud, pour revenir affronter les derniers mois d’hiver au Canada.

Les détails du périple tout prochainement….


Hausse des frais de scolarité qui écrase ENCORE les étudiants

Une action symbolique organisée par la Fédération étudiante collégiale du Québec (Fecq) le 17 juin dernier, soulignait les effets ravageurs de la  hausse des frais de scolarité prévu dans le dernier budget. Les étudiants qui campent devant les bureaux du ministère de l’éducation depuis un mois, souhaitent empêcher cette hausse qui «fera passer la facture étudiante totale à 4700$ en 2017» selon la Feqc. Une augmentation qui «écraserait» les futurs diplômés.

Le chemin est encore parsemé d’embuches pour le gouvernement s’il souhaite poursuivre sur sa lancé.


Dix mille citoyens disent Non aux énergies sales !

Ils sont venus pour accueillir les marcheurs ayant fait 700 km pour demander un moratoire sur les gaz de schiste. Ils sont venus parce qu’ils se soucis de l’avenir du Québec. Ils sont venus car ils sont solidaires. Ils sont venus et ont dit : Non aux énergies sales !

Plus de 10 000 citoyens, de tous les horizons (politiciens, parents, religieux, écologistes, etc.), sont venus demander un moratoire sur l’exploitation pétrolière et gazière au Québec. Le gaz restera dans le sol pour au moins 20 ans encore, c’est ce qu’exige le groupe Moratoire d’une génération.

Notre terre c’est notre vie, on ne va pas se laisser forer !

Dans une ambiance festive, nous avons marché vers les bureaux du Premier Ministre  pour passer notre message.

Le rassemblement a pris fin sur les mots des plusieurs représentants assurant que le combat ne sera pas fini tant que le gouvernement ne prendra pas au sérieux la demande des citoyens.

Excellente Manif !! Que ça rallume l’espoir et la fougue au Québec !


Touchez pas à notre air, touchez pas à notre eau !

Peu nombreux sont ceux qui ont eu envie de se lever ce samedi matin pluvieux à Montréal, mais une petite cohorte de bénévoles de Greenpeace s’est joyeusement mise en route vers la municipalité habituellement peu achalandée de La Présentation. Ce village a vu sa population augmenter de près de 500 personnes. Tout un chacun avec leurs bottes de pluie et leur imperméable rassemblés pour lancer un cri de ralliement à tous les Québécois et Québécoises sur la question des gaz de schiste. Nous n’accepterons pas d’être mis à l’écart des débats sur l’avenir énergétique du Québec et nous voulons un moratoire absolu sur les gaz de schiste.

Des citoyens de plusieurs municipalités, touchés ou inquiets du développement des gaz de schiste au Québec, se sont rassemblés pour partager le message de plusieurs porte-paroles, maires et députés. En somme, nous devons rester unis, montrer dès maintenant et jusqu’à la victoire que nous sommes prêt à faire face à notre avenir.

La municipalité de La Présentation est un lieu symbolique pour cette manifestation puisque depuis janvier dernier, ses citoyens subissent une fuite de gaz d’un puits exploité par Canbriam, que la compagnie n’est toujours pas arrivée à sceller. Cette situation n’est pas unique, mais c’est une première au Québec et si nous n’agissons pas ce scénario pourrait nous devenir très familier.

Une citoyenne de la municipalité de St-Louis ayant vécu les conséquences de l’exploration des gaz de schiste près de chez elle, nous offre son témoignage qui atteste ce que beaucoup de citoyens ressentent en ce moment, de la colère et le sentiment d’avoir été trompés. Elle conclue qu’au Québec nous n’accepterons pas de passer après les intérêts économiques des compagnies gazières et nous nous battrons jusqu’à ce que nous ayons obtenu gain de cause.

Dans la foulée, nous avons retrouvé quelques-uns de nos compagnons de la marche pour le «Moratoire d’une génération» qui ont fait le chemin pour donner un appui supplémentaire à cette manifestation et rallier tout le monde pour la suite des évènements, dont l’arrivée de la marche à Québec en fin de semaine.

Philippe Duhamel

Les dernières minutes de cette rencontre se sont déroulées sous une pluie intense, la chanson des Charbonniers de l’Enfer, des Galant tu perds ton temps et du Vent du Nord : Le diable et le fermier déferlant toujours dans nos oreilles.

Notre cohorte est revenue à Montréal, à l’exception de deux d’entre nous partis rejoindre la marche à Québec. Souhaitons que les prochains 300 Km soient autant de sources de motivation, d’échange et de générosité.

Raphaële Gosselin Payment